Pentatonique : explication, histoire et application des gammes pentatoniques

La gamme pentatonique est un phénomène fascinant dans le monde de la musique, aussi vieux que la musique elle-même, tout en étant présent partout dans le monde. Elle se compose de cinq notes par octave et se retrouve dans une multitude de cultures musicales à travers le monde, des sons traditionnels d'Asie et d'Afrique à la musique country et au blues occidental.
Table des matières

Une gamme pentatonique (du grec πέντα, penta, "cinq") est une échelle musicale composée de cinq tons.

Les gammes pentatoniques sont répandues dans presque toutes les cultures musicales, de nombreux types de musique populaire (par exemple la musique celtique, le folklore hongrois, le folklore albanais, le gamelan indonésien ou les chants andins huayno) à la musique d'Afrique de l'Ouest et ses dérivés afro-américains comme les spirituals, le jazz, le blues et surtout le rock. La gamme pentatonique est également fréquemment utilisée dans la musique classique, par exemple dans de nombreuses compositions de Claude Debussy.

Il existe deux types de base de gammes pentatoniques : la pentatonique majeure et la pentatonique mineure. Toutes deux sont composées de cinq notes, mais l'espacement entre les notes est différent.

Dans la musique occidentale, la pentatonie majeure se réfère aux notes 1, 2, 3, 5 et 6 d'une gamme majeure. En do majeur, il s'agirait par exemple des notes do, ré, mi, sol et la.

La pentatonique de do majeur
La pentatonique de do majeur

La pentatonique mineure est composée des notes 1, 3, 4, 5 et 7 de la gamme mineure naturelle. En la mineur, il s'agirait des notes la, do, ré, mi et sol.

La pentatonique de la mineur
La pentatonique de la mineur

Types de gammes pentatoniques

Les gammes pentatoniques connues dans la musique tempérée occidentale sont toutes anémiques, c'est-à-dire sans intervalles de demi-tons et avec seulement cinq degrés.

Pentatonique majeure et mineure

La gamme pentatonique classique se caractérise donc non seulement par l'absence d'intervalles de demi-tons, mais aussi par le fait que chacune des cinq notes peut être une note finale (et une tonique). Il n'est donc pas correct de faire une distinction entre une gamme pentatonique majeure et une gamme pentatonique mineure, mais il est évident de voir comment les deux tonalités sont inclus dans la gamme pentatonique.

La manière classique de construire une gamme pentatonique consiste à prendre cinq notes consécutives du cercle des quintes : par exemple Do, Sol, Ré, La et Mi, qui, dans l'ordre inverse, forment une pentatonique de Do. Comme tu le vois, ce sont les mêmes notes que dans la pentatonique en la mineur, mais dans un ordre différent.

Exemples

Les gammes pentatoniques sont, comme nous l'avons vu, très répandues dans les chansons traditionnelles et la musique populaire. Une chanson dont toute la mélodie est basée sur une gamme pentatonique majeure est la chanson populaire Oh ! Susanna de Stephen Foster ou l'hymne chrétien Amazing Grace. Un exemple en mode mineur est la chanson canadienne traditionnelle Land of the Silver Birch.

YouTube

En chargeant la vidéo, vous acceptez la déclaration de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Oh ! Susanna de Stephen Foster utilise la pentatonique dans la mélodie principale

La pentatonique (et son échelle analogue de six notes pour le blues) est également très répandue dans le jazz : Le début de la mélodie de In a Sentimental Mood de Duke Ellington ou la mélodie de I got rhythm, un célèbre standard de George Gershwin, en sont des exemples.

Dans la musique contemporaine, il a été utilisé par Paolo Conte dans la mélodie d'Aguaplano de l'album du même nom sorti en 1987.

Dans la musique classique, outre Debussy déjà mentionné, les exemples sont nombreux :

  • Étude op. 10 n° 5 en G♭ majeur - Sur les touches noires de Fryderyk Chopin : la mélodie entière est jouée de la main droite sur la pentatonique G♭ (sur les touches noires).
  • La symphonie "Du Nouveau Monde" et le quatuor à cordes "américain" en fa majeur d'Antonín Dvořák : tous deux ont un thème basé en grande partie sur des échelles pentatoniques et probablement inspiré de chants indiens et de spirituals afro-américains.
  • Madama Butterfly et Turandot de Giacomo Puccini : les deux œuvres font fortement allusion aux sonorités japonaises et chinoises par l'utilisation fréquente d'échelles pentatoniques.
  • Laideronette, Emperatrice des Pagodes, un mouvement de Ma Mère l'Oye de Maurice Ravel : dans ce morceau, une harmonie en quarts de tons est utilisée sur une gamme pentatonique.

En raison du sentiment "oriental" que procurent les mélodies pentatoniques, en particulier lorsqu'elles sont harmonisées en quartes, elles sont très souvent utilisées par les compositeurs de musique classique (par exemple dans les œuvres déjà mentionnées Madama Butterfly et Turandot) et dans les films pour créer des atmosphères orientales ou autres atmosphères inhabituelles.

Également intéressant : Qu'est-ce que le contrepoint (théorie musicale) ? Définition, classification et application

Le système pentatonique

Le musicologue Constantin Brăiloiu estime que les gammes pentatoniques que l'on trouve dans la musique du monde entier ne sont pas seulement une sorte de gamme, mais un "système pentatonique" qui existe indépendamment ou avant les autres systèmes musicaux.

Les gammes pentatoniques ont cinq tons, divisés en deux groupes, l'un de trois tons et l'autre de deux tons. Par exemple, dans la pentatonique Sol, nous avons un groupe avec les tons Sol, La, Si et un autre groupe avec les tons Ré et Mi. Brăiloiu appelle le groupe de trois tons "pyknon", ce qui signifie "dense" ou "fréquent" en grec ancien.

Pycnon dans la pentatonique de sol majeur
Pycnon dans la pentatonique de sol majeur

Le pycnon dans la pentatonique G est composé des notes G, A, H. Il est particulièrement important car il a une succession de notes qui diffèrent chacune d'un ton. Le pycnon est le point de référence principal pour l'auditeur.

En musique, il existe aussi des notes qui n'appartiennent pas à la pentatonique. Ces notes sont souvent appelées notes de passage et ont souvent une hauteur incertaine. Brăiloiu les compare au terme musical chinois "pien", qui signifie "embellissement".

Ces notes de passage sont souvent moins précises en termes de hauteur et sont influencées soit par la consonance, soit par l'attraction vers les notes voisines.

La consonance s'est imposée dans la musique occidentale, mais d'autres solutions existent dans d'autres systèmes musicaux, comme l'adaptation aux sons intermédiaires.

Si nous attribuons aux notes du "système pentatonique" des numéros correspondant aux notes de la gamme diatonique, il y a cinq notes principales et des "notes secondaires" supplémentaires qui sont jouées moins souvent parce qu'elles sonnent de manière plus tendue.

Par exemple

PycnonPienPien
GAHCC♯DEFF♯
I niveauII NiveauIIIe étapeNiveau VVI Niveau

Sur ces degrés (qui, contrairement aux modes diatoniques, présentent une relative indifférence fonctionnelle, c'est-à-dire n'exercent pas de stimuli harmoniques ou mélodiques), il est donc possible de construire différents modes qui, selon Brăiloiu, justifient l'existence d'un système musical pentatonique.

NiveauGamme (exemple en sol)
I ("majeur")GAHDE
IIAHDEG
IIIHDEGA
VDEGAH
VI ("mineur")EGAHD

La recherche en ethnomusicologie semble montrer que ces principes sont applicables à de nombreuses cultures : On trouve des systèmes pentatoniques dans la musique chinoise, africaine et d'Europe de l'Est.

Les échelles pentatoniques dans différentes cultures musicales

Pour les systèmes musicaux non tempérés, il est difficile de définir les rapports de fréquence exacts utilisés dans les différentes cultures musicales.

Par exemple, si nous considérons que la gamme pentatonique est dérivée de la gamme pythagoricienne par une succession de quintes justes (principe du cercle des quintes), les rapports de fréquence entre les différents tons de la gamme pentatonique (si nous considérons le rapport entre le ton le plus élevé et le ton le plus bas) sont 9/8 - 9/8 - 32/27 - 9/8 - 32/27. En revanche, si nous considérons que la gamme est dérivée de la gamme naturelle, nous obtenons : 9/8 - 10/9 - 6/5 - 10/9 - 6/5.

Il est donc très difficile de déterminer avec précision le rapport entre les tons des différents systèmes musicaux, et l'auditeur occidental a toujours tendance à attribuer les tons au système tempéré.

L'importance de la pentatonie dans la musique classique occidentale

Aux débuts de la musique classique occidentale, la pentatonique jouait un rôle important, même si elle n'était pas explicitement mise en avant. Elle était fermement enracinée dans les tonalités traditionnelles heptatoniques de l'église et était utilisée dans les premières mélodies de choral. Elle a toutefois perdu de son importance avec l'établissement de la tonalité majeure-mineur.

Ce n'est qu'à l'époque romantique, avec le regain d'intérêt pour les formes musicales populaires, extra-européennes et originales, que la pentatonique est revenue sur le devant de la scène. Elle fut appréciée en tant que système tonal autonome avec un timbre particulier. Les compositeurs ont adapté ou imité des thèmes pentatoniques issus de la musique populaire, que ce soit de leur propre nation ou de cultures exotiques.

On peut par exemple entendre la pentatonique dans le motif principal de "L'humeur du matin" de la Suite de Peer Gynt de Edvard Grieg ou dans le thème du mouvement largo de la 9e symphonie et du quatuor à cordes n° 12 de Antonín Dvořák.

YouTube

En chargeant la vidéo, vous acceptez la déclaration de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Comme on peut le voir, la mélodie de la "Voix du matin" est basée exclusivement sur des notes de la pentatonique de do majeur.
Comme on peut le voir, la mélodie de "Morgenstimmung" est basée exclusivement sur des notes de la pentatonique de do majeur.(Partition du début du morceau).

Certains compositeurs ont utilisé la pentatonie pour élargir, détourner ou enrichir leurs harmonies majeures-mineures. On la retrouve par exemple dans Franz Liszt "Au bord d'une source", dans l'étude op. 10 n° 5 de Frédéric Chopin en sol majeur, entièrement jouée sur les touches noires du piano, ainsi que dans les opéras de Giacomo Puccini "Madam Butterfly" et "Turandot".

Dans le mouvement musical dit impressionniste et chez certains compositeurs du 20e siècle, la pentatonie a finalement été reconnue comme une forme de tonalité à part entière, pouvant caractériser des morceaux de musique ou des passages entiers. Citons par exemple Claude Debussy "Arabesque No. 1", inspirée par sa rencontre avec la musique de gamelan javanaise et balinaise lors de l'Exposition universelle de Paris en 1889, Maurice Ravel "Passacaille" de son trio avec piano et "Laideronnette" de "Ma Mère l'Oye", Béla Bartók "Le Mandarin merveilleux" et quelques pièces de son "Microcosme", "Economia de Tahuantinsuyu" de Susanne Hinkelbein, extrait de son cycle sur l'Amérique latine, ainsi que "Le Rossignol" de Igor Stravinsky.

Le compositeur contemporain Lou Harrison est allé encore plus loin en explorant de nouvelles échelles pentatoniques dans certaines de ses œuvres.

Est

Comme nous l'avons déjà mentionné, l'évolution ethnomusicologique des échelles a conduit d'une part à la consonance et donc au diatonisme, typique de la musique occidentale, et d'autre part à des solutions rationnelles dans lesquelles "le degré est placé au milieu de l'intervalle à remplir".

YouTube

En chargeant la vidéo, vous acceptez la déclaration de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Cela a conduit à des échelles pentatoniques équilibrées, dans lesquelles les degrés sont répartis à peu près uniformément sur l'octave, comme par exemple l'échelle pentatonique anémitonique connue sous le nom de slendro et typique de la musique de Java et de Bali.

Slendro approché en notation occidentale
Slendro approché en notation occidentale

Une attitude rationaliste similaire a probablement conduit à l'égalisation de l'octave en sept degrés à peu près égaux, à partir desquels - en Thaïlande - la pentatonique habituelle a été extraite (ce qui facilite la transposition sur des instruments à accord fixe comme le xylophone).

La gamme pentatonique est la base de la musique chinoise et mongole. En particulier, les cinq modes que l'on obtient en jouant la pentatonique à partir d'un autre degré sont très répandus en Chine ; ces modes diaoshi sont : gong, shang, jue, zhi et yu.

NiveauDiaoshiGamme
IGongGAHDE
IIShangAHDEG
IIIJueHDEGA
VZhiDEGAH
VIYuEGAHD

La musique japonaise utilise également un système similaire : les notes fondamentales de la flûte japonaise shakuhachi forment une gamme pentatonique mineure.

La gamme Yo est utilisée dans les chants bouddhistes japonais Shōmyō et dans la musique impériale Gagaku. Ce type d'échelle n'est rien d'autre que le quatrième mode d'une gamme pentatonique majeure anémitonique, par exemple la gamme de ré yo, qui correspond à la gamme chinoise diaoshi zhi :

Gamme de yo en ré
Gamme de yo en ré

Amérique

La gamme pentatonique mineure est souvent utilisée dans les chansons populaires de la culture nord-américaine des Appalaches (dans la région de New York vers le sud jusqu'à l'Alabama et la Géorgie).

Les chansons populaires des Indiens Blackfoot sont souvent basées sur des gammes pentatoniques. Et les gammes pentatoniques (majeures et mineures) constituent la base de la musique andine, par exemple des danses traditionnelles huayno.

Jazz

L'harmonie classique et tonale occidentale du jazz est essentiellement basée sur des accords caractérisés par des intervalles de tierce. Lorsque John Coltrane et Miles Davis ont introduit l'improvisation modale (Kind of Blue, 1959 et My Favourite Things, 1960), l'utilisation d'échelles pentatoniques s'est révélée très importante, car les mélodies construites sur ces échelles sont par nature ambiguës et flottent entre les modes relatifs majeur (ionique, lydien et mysolique) et mineur (éolien, phrygien et dorien). A la même époque, les pianistes McCoy Tyner et Bill Evans ont commencé à développer des accompagnements avec des accords de quarte.

La pentatonique majeure et mineure avec ses voicings de quarte a fait son entrée dans le style de nombreux musiciens de jazz comme Art Tatum, Chick Corea et Herbie Hancock, et bien sûr aussi dans le rock et le blues fusion.

Cours de musique

La gamme pentatonique joue un rôle important dans certaines méthodes pédagogiques, telles que l'Orff-Schulwerk. La méthode développée par Carl Orff met l'accent sur les avantages de l'improvisation musicale, qui est plus facile et plus efficace au niveau élémentaire grâce aux gammes pentatoniques.

Une gamme pentatonique de do jouée sur un accord de do majeur (do - mi - sol) possède tous les degrés correspondant à la triade (do - mi - sol) ou coïncidant avec elle, et ne contient pas de quatrième degré (fa) qui dissonerait avec do majeur, puisqu'il est éloigné d'un demi-ton de mi. Il en va de même pour l'équivalent mineur. Cela signifie qu'avec une gamme pentatonique, un débutant peut se concentrer sur l'expression et la créativité mélodique sans faire d'erreurs harmoniques évidentes.

Dans la méthode d'enseignement du musicien et pédagogue hongrois Zoltán Kodály, les gammes pentatoniques jouent également un rôle important dans les premières phases d'apprentissage, car elles "correspondent mieux à la sensibilité de l'enfant" et "l'intonation de ces mélodies est exécutée avec facilité et assurance, précisément en raison de l'absence de demi-tons".

Pour l'apprentissage des techniques d'improvisation, les gammes pentatoniques peuvent également constituer une première étape d'apprentissage. Ces gammes sont adaptées pour improviser avec un bon degré de liberté, même sur des harmonies relativement complexes :

  • Sur un accord de septième ou de sixte de do majeur : pentatonique de do
  • Sur un accord de septième de dominante de do majeur : pentatonique de do
  • Sur un accord de septième de do mineur ou de septième de sol mineur : pentatonique de si
  • Sur un accord de ré semi-diminué : pentatonique B

Partager cet article

Nous recherchons, testons, examinons et recommandons les meilleurs produits en toute indépendance. Si tu achètes quelque chose via nos liens, nous recevons éventuellement une commission.

Plus de contributions
Pour artistes
Les marques de synthétiseurs les plus populaires dans chaque pays
Nous avons analysé les recherches Google des 6 marques de synthétiseurs les plus populaires dans 118 pays et évalué les résultats. Les résultats sont très intéressants et montrent surtout ...
Lire la suite →
Les meilleures pédales de réverbération
Gear
Les meilleures pédales de réverbération pour les guitaristes et les producteurs
Une pédale de réverbération peut donner à la guitare une profondeur incroyable et enrichir énormément le son. Que ton ampli ait déjà une réverbération intégrée ou non ...
Lire la suite →
Les meilleures pédales de chorus
Gear
Les 8 meilleures pédales de chorus pour les guitaristes et les producteurs
Les pédales de chorus étaient particulièrement populaires dans les années 80 et des légendes comme Kurt Kobain ou John Frusciante les ont rendues encore plus populaires dans les années 90. Aujourd'hui, ...
Lire la suite →
Les meilleures pédales de distorsion
Gear
Les meilleures pédales de distorsion pour guitare électrique
Aujourd'hui, les pédales de distorsion sont plus populaires que jamais - à l'ère du numérique, où de nombreux guitaristes jouent sans ampli ou avec des amplis à transistors, ...
Lire la suite →
Les meilleurs ordinateurs portables pour la production musicale
Gear
Les 12 meilleurs ordinateurs portables pour la production musicale
On a longtemps cru qu'il fallait absolument avoir un ordinateur portable Apple pour produire de la musique en déplacement - ce n'est plus le cas depuis longtemps. Même si ...
Lire la suite →
Les meilleures pédales de delay
Gear
Les meilleures pédales de delay en 2024
Les pédales de delay font partie des pédales les plus appréciées des guitaristes - un effet de delay crée de la profondeur et un son atmosphérique qui ne peut être obtenu par d'autres moyens. ...
Lire la suite →